Un gala de 7 à 77 ans… ou presque !


Ce vendredi 1er avril avait lieu le rendez-vous annuel de la famille Quevillaise à la grange du Grand Aulnay.

L’occasion pour toutes les générations de se mettre sur son 31.

On a pu y retrouver des joueuses et des joueurs encore au club mais aussi les anciens de l’INSA venus des quatre coins de France pour l’occasion,festoyer certes…mais aussi défier l’équipe actuelle des aprentis ingénieurs le samedi midi.

Les anciens étaient également au rendez-vous à commencer par le plus illustre d’entre eux,Jean-Louis Floch, 17 années de présidence, qui s’est vu décerné le titre de président d’honneur, mais aussi Jean-Luc Beuriot récompensé pour ses nombreuses années passées en tant que secrétaire.

A noter également la présence remarquée et appréciée des figures historiques du club qui évoluent aujourd’hui pour la plupart dans le club voisin et ami des Arlequins cher au président Bernard Jacquey, lui aussi ancien de la maison tango et noire.

Enfin, les plus jeunes d’entre nous étaient également de la partie.Ils assureront sans aucun doute la relève!

Un grand merci à l’investissement de chacun pour cette belle soirée résultat de plusieurs mois de travail…… et vivement l’année prochaine!!!

(merci à Stéphane Corge pour les photos! )

imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage